Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
03 Jan

Nutrition : Anthony Fardet

Publié par Dominique Rech  - Catégories :  #Recherche médicale, #Développement Durable, #Alimentation

 

Réponses d'Anthony Fardet aux questions de mes élèves de 4° du collège de Montréjeau lors de la visioconférence de 2018 :

NYAKOKPA Zoé

  1. Pouvez-vous nous dire si ces aliments peuvent nous tuer ? Non mais en excès vous pouvez avoir des maladies plus tard : surpoids, obésité, diabète…
  1. Est-ce que la salade naturelle ou pas nous fait maigrir comme les medias le disent ? Non ce qui fait maigrir c’est votre façon de manger sur une semaine. Aucun aliment seul ne fait maigrir.
  1. Connaissez-vous des aliments non traités ? Les aliments bio.

 

FABAREZ Romain

  1. Qu'est-ce que le diabète de type 2 ? Excès de sucres dans le sang lié à un mauvais fonctionnement de l’insuline.
  1. Quelles conséquences peut avoir le diabète sur la santé des personnes ? Les complications liées au diabète peuvent toucher : les nerfs, le cœur, les artères, les yeux, les mains, les pieds, les reins ou encore les dents.

 

FEYDY Lucille

  1. Est-ce-que le bio pourrait réduire les maladies qui sont actuellement en augmentation ? Manque de données mais une étude sur le cancer
  1. Quelle influence a eu votre métier dans votre alimentation ? Plus de produits végétaux et moins d’AUT
  1. Comment pensez-vous que la médecine va-t-elle évoluer si les français continuent de consommer des produits ultra-transformés ? Les gens vont être encore plus malades et ça va couter cher pour la sécurité sociale. On va essayer de développer des solutions médicales qui vont aussi couter cher.
  1. Avez-vous déjà eu des "menaces" ou intimidations de grandes surfaces qui contestent vos idées du "manger mieux" ? Non mais des oppositions et de l’agressivité de la part de l’industrie et de chercheurs : dénigrement, jalousie pour mon succès. L’industrie me contacte beaucoup.
  1. Pensez-vous que votre livre amènera une amélioration sur l'alimentation des français ? Le PNNS n’a pas vraiment permis d’enrayer le développement des maladies chroniques en France. Le logiciel holistique que je propose est plus holistique et donc plus efficace en termes de santé publique. Le logiciel réductionniste d’avant ne permet pas cela.
  2. Combien de personnes en moyenne consomment des produits ultra-transformés en France ? Tout le monde. Plus les pauvres. En moyenne 36% de calories par jour.
  3. Les maladies engendrées par la consommation de ces produits touchent en majorité les enfants ou les adultes ? Les adultes car ce sont des maladies chroniques mais on commence à voir dans certains pays augmentation de l’obésité et du diabète chez les plus jeunes.

 

BOUDRIERES Damien

  1. Quels sont les aliments non transformés et bon à manger ? Les vrais aliments : fruits, légumes, grains et graines, produits animaux peu transformés, congelés, conserves, pains et fromages et yaourts.
  1. Quels sont les aliments qu'il faut à tout prix éviter ? Aucun aliment n’est à éviter à tout prix mais il faut limiter fortement : sodas, yaourts à boire, confiseries industrielles, biscuits industriels, MacDo, fromages à tartiner, céréales du petit-déjeuner…

 

GEZ Romain

  1. Pourquoi les aliments que nous mangeons sont mauvais pour la santé ? Pauvres en composés protecteurs, peu rassasiant, hyperglycémiants, composés nouveaux
  1. Pourquoi avez-vous choisi ce métier ? Parce que j’aime les sciences de la vie, suis curieux et aime analyser. De plus les enjeux liés à l’alimentation sont globaux et je veux aider à changer les choses par la science.

 

MICHEL Célia

  1. Comment faire pour changer nos habitudes alimentaires (aliments ultras transformés) ? Règle des 3V. Cuisiner, manger en groupes, aller au marché…
  1. Comment les grandes surfaces pourraient supprimer 50% de leurs aliments ultra transformés ? En faisant pression sur les IAA et en suivant les consommateurs : le pouvoir est d’abord entre vos mains : consom’acteur.

 

Kévin MICHEL

  1. Qu’est-ce que les aliments ultras transformés ? De faux aliments maquillés…
  1. Que veut dire "Manger Vrai" pour vous ? Manger de vrais aliments non maquillés.

 

MENDONCA Laure

  1. Qu’est-ce qui vous a provoqué l’envie de faire des recherches sur les aliments ? Ma passion pour les animaux, l’environnement et la santé.
  1. Avez-vous était soutenu sur ces recherches ? Non car trop d’enjeux.
  1. Pourquoi en 1980 les aliments ont-ils était changés ? Ça a commencé après-guerre pour valoriser les sous-produits et les excédents, et aussi avec l’arrivée des américains. Il est devenu plus rentable de vendre les parties que le tout. Ça a accompagné l’agriculture intensive.
  1. Qu’est-ce qui a provoqué le changement des aliments en 1980 ? L’essor des grandes villes, la recherche d’aliments pratiques et la pensée réductionniste (ignorance).
  1. Pourquoi les aliments ultra transformés sont des causes de mortalités ? Créent les maladies chroniques et mortalité précoce : l’espérance de vie en bonne santé n’augmente plus.

 

CAMBERVELLE Annaelle

  1. Les aliments ultra transformés sont-ils partout ? Presque : restauration collective, supermarchés, distributeurs et ils envahissent le monde et les pays émergeants.
  1. Pourquoi sont-ils fabriqués ? Très rentables et gain de temps.

 

PEIRASSO Baptiste

  1. Est-il possible de manger toujours à des prix bas avec des aliments sains ? Oui c’est possible : donner exemples.
  1. Peut-on revenir aux vrais aliments ? Et si oui comment ? Changer ses habitudes alimentaires et prendre plus de temps à s’alimenter. Exemple de mon coiffeur.

 

BELLOUR Candice

  1. Sommes-nous vraiment capables d'arrêter de consommer ces produits dont on n'est accros et qui amènent des maladies ? C’est un choix éthique : quelle planète voulez-vous pour demain ?
  1. Pourquoi l'Etat n’interdit-il pas ces produits ultra-transformés qui abîment la santé de tous et qui fait des dépenses médicales importantes ? La pression des IAA et la peur de l’ANIA : trop d’intérêts en jeu.

 

GRELAUD Mathis

  1. Comment éviter le risque de maladie face à une malnutrition ? Revenir à de vrais aliments.
  1. Que peuvent remplacer les additifs dans notre nourriture ? Beaucoup sont inutiles : 80%. En bio seulement 48/338. Donc c’est possible. Manger local et de saison pour réduire les temps de conservation.
  1. Qu’entendez-vous par "faux aliments" ? Des aliments maquillés avec des ingrédients/additifs cosmétiques. Les vrais aliments n’en ont pas besoin.
  1. Pourquoi l'industrie agroalimentaire produit-elle autant de cette nourriture ? Très rentable car les gens y reviennent.
  1. Pourquoi le consommateur en redemande autant ? Riche en sucres, sel et gras et texture agréable : addictifs. Pas chers.

 

BLAGNY--SALLES Solène

  1. Quel est le pays qui consomme le plus de produits ultra transformés ? Les USA et les pays anglo-saxons. Ce sont les plus obèses.
  1. En dehors des céréales et des barres chocolatées, pouvez-vous nous citer quelques catégories d'aliments ultra transformés les plus consommés ? Voir plus haut.

 

GATIN Mathilde

  1. Etes-vous pour, cueillir soi-même ses légumes à partir d’une cueillette dans des serres ? Pourquoi pas cela peut être un plaisir ; il y a aussi les marchés, les AMAP, les supermarchés de producteurs…
  1. La malnutrition est-elle pour vous une source d’addiction ? La surnutrition oui.
  1. D’après-vous si tout le monde mange des aliments « sains » arriverons–nous à avoir moins de maladies comme le diabète de type 2 et l’obésité etc… ? Oui sûr à 100% : voir mon coiffeur. Les études scientifiques le prouvent. Tous les régimes protecteurs sur la planète le prouvent.
  1. Je pense que comme nous tous vous avez déjà mangé plusieurs fois des aliments ultra transformés, quel déclic avez-vous eu pour changer votre alimentation ? Réductionnisme, non progression de l’espérance de vie en bonne santé, 1ère cause de mortalité, et lien avec la santé de la planète dans son ensemble.
  1. Si nous ne changeons pas dans les années avenir, est-ce que nos enfants pourraient –ils avoir des maladies beaucoup plus graves comme par exemples l’obésité, le diabète, le cancer, etc… ? Surtout de plus en plus tôt. Et destruction de la planète.
  1. Que pensez-vous des produits bio ? C’est l’avenir de la planète mais du bio local et intégral.
  1. Est-ce que certains produits bio peuvent avoir des addictions que seuls les industriels utilisent ? Oui il existe du bio ultra-transformé mais l’effet environnement peut subsister.

 

ANTICHAN Paul

  1. Qu’est-ce qui serait donc bon pour notre alimentation au déjeuner ? De vrais aliments : pain complet, beurre, lait entier, fruits entiers, fruits secs, fruits à coque, yaourt nature…
  1. Quel est le risque de manger trop de barres chocolatées ou de céréales ? Surpoids, obésité et diabète.

 

 

CHAKHS Lamia

  1. Comment faire pour manger équilibré ? Règle des 3V.
  1. Que pouvons-nous faire pour qu'il y est moins de maladies (ex: le diabète, les cancers, l'obésité) ? Taxation et éducation.
  1. Croyez-vous que dans quelques années si nous ne changions pas notre alimentation il y aura plus de maladies (voir même des morts) ? Oui et la planète va souffrir. Toutes les courbes sont en progression, et de plus en plus en Afrique, Asie et Amérique du Sud.

 

 

DUBARRY Bastien

  1. En quoi les substances telles que le glucose, fructose, gluten vital et d’autres sont dangereux pour la santé ? Composés nouveaux pour l’organisme et source d’obésité, surpoids, diabète et hypersensibilité au gluten.
  1. Et pourquoi les usines les utilisent autant ? Très rentable : tout le système IAA après-guerre s’est construit ainsi.

 

 

SABLE Asline

  1. Combien d’êtres humains sont en déficience nutritionnelle ? 810 millions sous-nutris, 2 milliards déficients environ à la louche. Touche tous les pays.
  1. En 2030 selon l’OMS, quelle sera la 7° cause de mortalité dans le monde ? Le diabète de type 2 qui tue de plus en plus.

 

 

HAAS Enzo

  1. Est-ce que ces maladies (cancer, obésité, diabète) sont dues à notre alimentation ? si oui, pourquoi ? Pas seulement mais l’alimentation est le premier facteur car si vous arrêtez de manger vous mourrez. Une étude : 1/3 des décès en France.
  1. Pour vous, Anthony Fardet, c’est quoi une nutrition saine ? A base de varis aliments et qui protège la planète et les animaux : règle des 3V. 
 
       

Mon opinion : une vidéo très riche et claire.

Halte aux aliments ultra transformés !
Et si les conseils nutritionnels avaient tout faux ? Une fois ce sont les graisses qu'il faut éviter. Une autre fois les sucres. On colle des pastilles vertes, orange, rouges sur des emballages selon des critères surannés. Pendant ce temps, obésité, diabète et cancers progressent. Selon Anthony Fardet, les vrais coupables ce sont les aliments ultra transformés qui ont envahi nos supermarchés depuis les années 1980 – ils représentent jusqu'à 80 % des produits vendus en grandes surfaces ! Ces aliments sont conçus au sein des centres de recherche et développement de Big Food. Objectif : fabriquer à bas prix des produits qui ressemblent à des aliments, qui ont le goût d'aliments... mais qui n'ont plus rien d'un aliment. L'ultra transformation déstructure l'aliment d'origine et lui fait perdre ses vertus santé. Elle nécessite aussi l'ajout d'une kyrielle d'additifs et d'agents " cosmétiques " suspects. Ces faux aliments, écrit Anthony Fardet, sont la première cause de mortalité. Il est urgent de revenir aux fondamentaux. D'abord en sachant identifier un aliment ultra transformé et le livre en donne les caractéristiques, exemples à l'appui.

Ensuite en mangeant vrai. Pour y parvenir, l'auteur révèle les 3 règles d'or d'une alimentation saine et holistique. Celle-ci favorise aussi une agriculture éthique et durable.
En suivant les conseils de ce livre nous pouvons tous gagner au moins 10 ans d'espérance de vie en bonne santé.

Avis de l'auteur du blog : un livre excellent, véritable démonstration scientifique des dangers alimentaires avec des exemples ciblés de produits (sous forme de fiches), et proposant des solutions encourageantes. J'ai eu de la chance que l'éditeur Thierry Souccar m'offre ce spécimen d'une très grande qualité.

 

 

 

 

 

 

Des avancées scientifiques récentes en nutrition et en sciences des aliments nous permettent de regarder autrement notre alimentation. L'aliment n'est plus considéré seulement comme la somme de ses constituants mais comme une structure physique complexe qui influence le devenir digestif des nutriments, leurs effets métaboliques etin fine leurs effets sur la santé à long terme. Par exemple, à composition strictement identique, un pain et des pâtes alimentaires à base de blé dur ont des effets nutritionnels très différents, le premier étant un sucre rapide et le second un sucre lent avec les conséquences métaboliques importantes que l'on connaît au niveau notamment de la régulation de la glycémie. On pourrait ainsi multiplier les exemples.

Cet ouvrage présente un état de l'art sur l'influence des caractéristiques physiques et physicochimiques de la matrice alimentaire sur son devenir digestif et métabolique. Les auteurs y analysent les effets sur la santé des nutriments en considérant à la fois les macronutriments, les micronutriments et les fibres. Il ne s'agit plus de d'envisager la nutrition selon une seule perspective quantitative mais aussi selon une perspective qualitative impliquant des notions d'interaction des nutriments dans la matrice, de bioaccessibilité enzymatique et de biodisponibilité digestive.

L'originalité de l'ouvrage est de suggérer de nouvelles perspectives de recherche en science des aliments via l'ingénierie reverse, à savoir partir des effets santé recherchés pour remonter à la formulation et au procédé de transformation de l'aliment.

À l'interface de la science des aliments et de la nutrition humaine, l'ouvrage s'adresse aux chercheurs et enseignants-chercheurs, aux étudiants et aux scientifiques de l'industrie agroalimentaire. Il pourra aussi intéresser le milieu médical, comme les nutritionnistes, les cliniciens et les diététiciens.

Cet ouvrage explore trois grands enjeux des céréales destinées à l’alimentation humaine, notamment du blé : teneur en protéines, qualité sanitaire des récoltes et valeur nutritionnelle des aliments. Il présente les voies envisageables pour résoudre les contradictions entre les objectifs des différents acteurs des filières céréalières et les diverses demandes en matière de qualité et de durabilité.

À propos

Dominique RECH